Bien Etre et Santé Globale - France

Facebook
Annuaire thérapeutes Belgique      Annuaire thérapeutes suisses


Zoom thérapies


Nutrition paléolithique

 
Nutrition paléolithique
 

Autant notre alimentation a évolué au cours des quatre dernières décennies pour déboucher sur une pandémie de surpoids, autant nous nous sommes éloignés de l’alimentation de nos ancêtres de la préhistoire. Le paléolithique est connu pour être cette longue période de la préhistoire au cours de laquelle l’homme ne produisait pas encore sa propre nourriture. L’alimentation telle qu’elle se présente aujourd’hui est le fruit d’une exacerbation des changements induits par la domestication des plantes et cultures il y a 10 000 ans.
Les perversions très variées et graves de notre modèle nutritionnel ont provoqué un regain d’intérêt pour le régime paléolithique de nos ancêtres.

Le paléolithique, l’époque où nous mangions pur bio
Si des milliers de personnes se sont lancées aujourd’hui dans la reproduction des us de nos ancêtres, c’est essentiellement parce que la technique n’existait pas encore et ne pouvait avoir aucune altération sur la qualité biologique des aliments. La maîtrise du feu qui a donné à l’homme les moyens de modifier la composition physique et chimique des aliments a été suivie par le développement d’autres techniques d’altération. Le paléolithique n’était donc pas qu’une ère de l’histoire, mais aussi l’époque d’une qualité de vie que nous ne pouvons que regretter au regard des maladies multiples qu’apportent sciences et techniques à l’alimentation. Nos parents consommaient brut ce dont regorgeait la nature (viande, fruits, feuilles...etc.).
Ainsi que le font remarquer des nutrithérpeutes Sylvester Graham et Téofilio de la Torre, la constitution de tout être vivant renseigne sur le régime qui lui est le plus indiqué ; dans le cas de l’homme, la composition du régime indiqué correspond à celui des hommes préhistoriques du paléolithique.

Les limites encore floues de la composition
Alors que nous vivons dans une époque où l’homme augmente les performances des biens qui lui sont utiles (réalité augmentée, exosquelette, engrais chimiques...etc.), il n’est plus aisé de discerner les aliments qui relèvent de la classification paleo.
Marion Kaplan, un nutritionniste réputé pour ses ouvrages sur la question intègre à sa classification des aliments tels que la viande, les poissons, les œufs, les fruits et légumes...etc. Le régime paléolithique ne s’apparente pas à du cannibalisme puisque les viandes dans une très faible proportion sont intégrées avec cuisson. La revue Science a d’ailleurs, dans une de ses publications, rappelé que la viande n’occupait pas une grande part dans l’alimentation de nos ancêtres du fait de la distribution aléatoire du gibier. Les céréales n’y sont pas autorisées par contre en raison de leur influence sur la glycémie ; leur intégration à notre mode nutritionnel daterait de leur domestication au néolithique.