annuaire santé medecines energetiques  
 
produits bio
Annuaire thérapeutes Belgique
produits bio
Annuaire thérapeutes Quebec Canada
produits bio
Annuaire thérapeutes Suisse
 
bio sante
Bien Etre et Santé Globale
santé
Je cherche >> Un Thérapeute Une Formation Un atelier, un stage Un article Une boutique en ligne
UNICEF
   
  Vidéos Contact Recherche par mots clés Plan du site S'inscrire sur notre portail  
   


  article santeintronique
INSCRIVEZ-VOUS
A LA LETTRE D'INFORMATIONS
Prénom :
 
Adresse mail:
 
sante
AIDE HUMANITAIRE
Retour accueil rubrique aide humanitaire
Action contre la Faim
Aide médicale
Ecovolontariat
Métiers de l’Humanitaire
Mission humanitaire
Nutriset
Unicef
sante
VACANCES ET VOYAGES
Eco-tourisme
Se ressourcer
Spas et bien-être
Vacances et Bien-être
Voyages-tourisme
Voyages et pélerinages
sante
DECOUVRIR
Ayurvéda
Bien-être
Coaching
Développement personnel
Hypnose
Massages Bien-être
Médecines douces
Th?rapie et M?decine Quantique
Psychothérapies
Relaxation
Thérapies Brèves
Thérapies Manuelles
sante
UTILE
Acheter Bio
Maux et Remèdes
Nutrition et Diététique
Perdre du poids
Recettes santé
Recherche par maladies
Tisanothérapie
Trucs et astuces
sante
FAMILLE
Adolescents
Bébé bio
Couples
Famille
Futures mamans
Mariage bio
Séniors
sante
PROFESSIONNELS
Nos offres de référencement
Annonceurs/Publicité
Boutiques
sante
sante
sante
santé
Métiers de l'humanitaire
sante

Métiers du secteur Humanitaire

Environ 2.000 volontaires français partent chaque année en mission à l’étranger sur les projets menés par une trentaine d’ONG. Les profils médicaux (médecins et infirmiers) sont les plus recherchés. Puis viennent les logisticiens, qui représentent, par exemple, un quart des départs chez Action contre la faim. Les associations recrutent aussi des experts, ingénieurs agronomes et hydrauliciens en particulier, capables d’apporter une expertise dans les missions de développement. Enfin, elles recherchent des généralistes (école de commerce, IEP) pour faire de la coordination sur le terrain, gérer les projets et encadrer les équipes. Les actions en France reposent essentiellement sur le bénévolat. Si les salaires ne sont pas mirobolants, le recrutement reste rude. Le secteur se professionnalise et l’envie de servir ne suffit plus.

Administrateur de mission
Sur le terrain, aux côtés des volontaires, c’est lui qui gère le portefeuille de l’équipe humanitaire. Lorsqu’une organisation affecte des fonds à une mission, l’administrateur prépare les budgets et répartit l’argent selon les besoins. Il détermine comment et à quel rythme le pécule sera dépensé. Ce "comptable de l’urgence" s’occupe également des contrats de travail des personnels et supervise l’organisation logistique de la mission, notamment la gestion du matériel et des hébergements. Le plus souvent, il est aidé dans sa tâche par des assistants locaux qu’il a formés. Ses compétences : administrer, organiser, budgétiser. Sa formation : écoles de commerce et de gestion généralistes ou spécialisées, comme Bioforce ou l’école 3A. Un minimum de deux années d'expérience est souvent requis pour exercer ce métier.

Chef de mission
En mission humanitaire, c’est lui le chef ! À la tête d’une équipe réunissant parfois plusieurs dizaines de volontaires et de bénévoles, il organise les opérations comme un chef d’entreprise. Après avoir analysé la situation du pays d’intervention (contexte politique, humanitaire, social, économique), il propose à son association un plan d’action, qui le valide. Ensuite, le chef de mission coordonne le travail des uns et des autres, participe à la formation du personnel et rencontre régulièrement les autorités locales. Car, sur place, il est le représentant officiel de l’ONG qui l’emploie. Ses compétences : organiser, coordonner, communiquer. Sa formation : à la base, il est médecin, ingénieur, logisticien… Quelques écoles organisent des formations à la coordination de mission (Bioforce, IFAID, etc.). Mais quelques années d'expérience sont souvent requises avant d'exercer ce métier.

Coordinateur
Le chef de mission, celui qui supervise l’ensemble des activités sur le terrain, c’est lui ! À la tête d’une équipe réunissant parfois plusieurs dizaines de volontaires et de bénévoles, il participe à la formation du personnel, coordonne le travail des uns et des autres, développe des projets et met en place des actions pour une intervention plus efficace. Fédérateur, il sait convaincre son équipe de se donner au maximum, quelles que soient les conditions de travail. Excellent communicant, diplomate, c’est lui également qui se charge des relations avec les partenaires locaux, avec le siège de l’association et avec les autres organisations internationales présentes dans le pays. Ses qualités : polyvalence, excellente organisation. Sa formation : à la base, il est médecin, ingénieur, logisticien…

Développeur local
Agriculture, santé, éducation… Les champs d’action du développeur local sont variés. Durant une mission, il intervient auprès des populations locales pour les aider à se reconstruire. Si ses collègues interviennent dans l’urgence, lui vise le long terme. Le développeur rural, par exemple, conseille les habitants pour leur permettre de relancer leur production agricole. Le développeur urbain, quant à lui, mène des actions de sensibilisation, de conseil ou de formation en matière de santé, d’enseignement. Chaque situation est différente, le développeur doit s’adapter aux attentes de ses interlocuteurs. Pas question pour lui d’arriver avec des idées préconçues en tête : comprendre la culture et les coutumes du pays reste la base du métier. Ses compétences : conseiller, sensibiliser, aider. Sa formation : licence professionnelle en intervention sociale (Poitiers, le Havre, Université de Franche-Comté, etc.), diplôme d’une école d’ingénieurs, de commerce ou master à l’université, notamment en partenariat avec le Gemdev (Groupement d’intérêt scientifique pour l’étude de la mondialisation et du développement).

Logisticien
Qu’il s’agisse d’installer un camp de réfugiés ou une antenne médicale, ce bricolo débrouillard organise l’acheminement sur le terrain du matériel et des approvisionnements. Transport des personnes, des médicaments… Il supervise toute la logistique pour que ses collègues puissent intervenir sans se soucier des "détails" matériels. Selon son profil, il peut être logisticien généraliste ou spécialisé (sécurité, sanitaire, etc.). Ses compétences : transporter, livrer, organiser. Sa formation : un diplôme d’ingénieur, d’école de commerce avec une spécialité en logistique, un BTS transport, le DUT gestion logistique et transport ou encore une formation dispensée par Bioforce ou l’IFAID.

Personnel médical

Ils sont toujours les premiers à se rendre sur le terrain. Médecins généralistes, infirmiers, aides-soignants, psychologues… Les professionnels de santé constituent le gros des troupes humanitaires. Ils soignent, aident, rassurent les populations civiles confrontées à des situations d’urgence. L’exercice de leur métier est souvent périlleux. Outre les soins, ils dispensent aussi des conseils de prévention (maladies sexuellement transmissibles, par exemple) et forment les personnels locaux. Ses compétences : soigner, écouter, aider. Sa formation : diplôme de médecin, de sage-femme, d’infirmier ou autre spécialité paramédicale. Les médecins peuvent se spécialiser en médecine tropicale ou médecine d’urgence.

Responsable technique
Dans un bureau au siège d’une ONG, ce salarié épaule les volontaires partis en mission. Il leur apporte une aide technique et règle surtout des problèmes pratiques : épidémie dans un camp de réfugiés, perte de matériel, etc. Le responsable technique est toujours spécialisé dans un domaine : médical, approvisionnement, logistique, télécommunication, etc. Lorsque la situation l’exige, il se rend sur place, pour aider les équipes sur le terrain. Ses compétences : aider, soutenir, conseiller. Sa formation : elle varie selon son domaine d’exercice. Il peut être médecin, ingénieur, logisticien, etc.


LES FORMATIONS
Quelques filières réputées
En quelques années, l’offre de formation s’est largement étoffée. Mais il faut garder en tête que les recruteurs recherchent avant tout des personnes aux compétences opérationnelles.

Une poignée d’écoles sont cependant bien cotées : l’institut Bioforce, à Vénissieux (69), qui forme des logisticiens et des administrateurs, l’IFAID (Institut de formation et d’appui aux initiatives de développement), à Bordeaux (33), qui prépare à la coordination de programme de développement, l’école 3A (École internationale de commerce et de développement), à Lyon (69), qui propose un cursus pour les futurs responsables de projet, et l’ISTOM, à Cergy-Pontoise (95), l’école d’ingénieurs spécialisés dans l’agrodéveloppement.

À l’université, il existe bon nombre de masters spécialisés : économie des pays du Sud, analyse de crise et action humanitaire, droit humanitaire… Par ailleurs, les médecins et le personnel paramédical peuvent compléter leur formation par des certificats en médecine d’urgence.

 Source de l'information : L'Etudiant.fr
 Regardez le métier de responsable de programme  d’urgence en interview vidéo.
 Lisez le portrait d’un chef de mission humanitaire.
 Consultez le guide des études en humanitaire.
 Suivez les conseils d’un expert pour travailler dans  l’humanitaire.

santesante

Songez à une carrière enrichissante dans l'aide humanitaire avec Medair

Mettez à contribution votre expérience professionnelle pour sauver et soutenir la vie des plus vulnérables du monde au travers de services de santé, de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène (WASH), et des abris et infrastructures. Êtes-vous actuellement médecin, infirmière, responsable de santé publique ou un autre professionnel de la santé ? Ingénieur (civil, eau, ressources ou environnement), hydrologiste ou un autre professionnel de l'eau, de l'assainissement ou de l'hygiène ? Responsable de projet construction, architecte ou un autre professionnel dans le domaine de la construction ? Cadre supérieur ou dirigeant d'entreprise ? Responsable de projet expérimenté ou chef d'équipe ? Responsable de la logistique expérimenté ? Expert comptable, comptable ou responsable financier ? Responsable des ressources humaines ? Un professionnel dans le domaine de la communication, du marketing, de la collecte de fonds ou des médias ? Medair apporte une aide vitale et la réhabilitation lors de catastrophes naturelles, dans des zones de conflit et autres crises, en travaillant côte à côte avec les personnes les plus vulnérables.

Opportunités d’emploi avec Medair
Si vous aussi vous aimeriez travailler avec Medair, consulter notre site web à l'adresse suivante : www.medair.org/travailler.



Travailleurs sans expérience dans l’aide humanitaire

Vous n’avez pas besoin de deux ans d’expérience dans une zone de conflit et un doctorat en relations internationales pour travailler avec nous. Contrairement à la plupart des organismes humanitaires, Medair ouvre la porte à des personnes qui n’ont jamais travaillé dans le secteur de l’aide humanitaire (« New Relief Workers »). De cette manière, des professionnels qualifiés – surtout ceux qui ont plusieurs années d’expérience dans leur secteur de compétence – peuvent mettre à contribution leur savoir-faire. Progressivement, ils deviennent des travailleurs humanitaires expérimentés dans un contexte humanitaire concret.

Si vous avez peu, voire aucune expérience dans l’aide humanitaire (moins de 12 mois) et que les offres d’emploi pour nouveaux travailleurs humanitaires (« New Relief Workers ») vous intéressent, cliquez ici.

Travailleurs humanitaires expérimentés

Pour Medair, un travailleur humanitaire expérimenté (« Experienced Relief Worker ») possède une expérience d’au moins 12 mois dans l’aide humanitaire. Cette expérience lui permet de faire face aux réalités du travail humanitaire sur le terrain. La candidature de professionnels avec une expérience dans le domaine du développement sera également examinée. Les travailleurs humanitaires expérimentés (« Experienced Relief Workers ») apportent tout leur savoir-faire humanitaire, ce qui permet de garantir et d’améliorer la qualité du travail de Medair sur le terrain.

Si vous avez 12 mois d’expérience ou plus dans l’aide humanitaire
(« Experienced Relief Workers») , et que les offres d’emploi pour vous intéressent, cliquez ici.


sante
quantique

 


Conform?ment ? la loi Informatique et Libert?s du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'acc?s et de rectification aux donn?es personnelles vous concernant. Contactez-nous Copyright Bio-sant?.fr, tous droits r?serv?s .

Les informations contenues sur ce site ne sont pas destin?es ? remplacer l'avis d'un m?decin ou d'un praticien du domaine de la sant?. Elles sont donn?es ? titre purement informatif, aucun diagnostic ou prescription m?dicale n'est propos?e. Il est vivement recommand? ? toute personne sous traitement de ne pas interrompre brutalement celui-ci et il est admis qu'un tel arr?t se fait progressivement et sous supervision m?dicale.

produits bio médecines douces produits bio médecines douces
Annuaires :

- Guadeloupe (971)
- Martinique (972)
- Guyane (973)
- La Réunion (974)
- Mayotte (976)

- Principauté de Monaco


Accés direct :

- Soins des Animaux
- Boutiques en ligne
- Fiches thérapeutes
- Fiches partenaires
- Index des maladies
- Index des spécialistes
- Témoignages
- Poster un témoignage
- Complémentaires santé
- Petites annonces


- Coups de Coeur
- Exclusivités Bio santé
- Associations
- Lectures conseillées
- Vidéos en ligne
- Conférences
- Actualités

- Ecologie
Partenaires :

- Bio Santé Energie
- Ariège découverte
- Ariège Bio
- Annuaire Gratuit Digg
- Tous les annuaires
- Tous nos partenaires
- Blogs sur la sant? et le bien-?tre
- Annuaire Ecolo


Fonctionnement du site :

- Avertissement
- Législation
- Annonceurs
- Référencement
- Plan du site
- Recherche par mots clés
- Bannières
- Echanges
médecines douces





© Copyright Bio-sante.fr